chevaliere

La chevalière : bague d’hier et tendance d’aujourd’hui

Force est de constater que la chevalière ne fait pas l’unanimité. Pourtant, depuis quelques mois, on la voit revenir sur le devant de la scène. Elle s’affiche désormais sans complexe sur les mains masculines, mais aussi sur les mains féminines. Zoom sur cette tendance.

L’histoire de la chevalière

La chevalière ou « anneau sigillaire », est une bague à large chaton (large surface) sur laquelle sont gravés divers motifs comme des armoiries, un blason de famille ou encore des initiales. Il en existe plusieurs formes dont les plus courantes sont l’ovale, la carrée et la ronde. Sa particularité réside surtout dans la symbolique forte qu’elle dégage. La chevalière représente un rang social (noblesse, aristocratie), elle véhicule une identité culturelle, elle incarne une appartenance, des valeurs et des traditions.

Ses origines remontent à l’Égypte Antique. Les modèles retrouvés étaient ornés de différents symboles représentant des dieux ou des éléments de la nature. Ce fut ensuite au tour des grecques puis des romains de se l’approprier. Pour chaque culture, elle désignait principalement l’autorité.

Le nom de chevalière remonte au Moyen Âge, du temps des chevaliers justement, où cette bague était réservée à une certaine noblesse.

Par la suite, elle fut aussi utilisée pour sceller les documents. Ainsi, le motif de la bague était imprimé sur la cire à cacheter, permettant ainsi aux destinataires de reconnaître le sceau de l’autorité envoyant le document et de déterminer son importance.

Au début du siècle, les non nobles et nouveaux riches se sont mis, eux aussi, à porter des chevalières. Ils s’attachaient à l’image de supériorité et de pouvoir offerte par cette bague.

Bien que portée par des femmes au cours de l’histoire, elle reste majoritairement masculine. Les hommes devaient la placer à l’auriculaire droit, les aînés de la famille à l’annulaire de la main gauche, avec l’alliance. Pour les dames, il s’agissait de l’auriculaire gauche.

Il est possible de porter la partie gravée vers l’extérieur ou vers l’intérieur de la main.

Les chevalières sont majoritairement en or ou en argent mais certains modèles très anciens sont composés de pierres fines ou de pierres précieuses.

chevaliere en or

Comment la porter aujourd’hui ?

De nos jours, la chevalière a quelque peu perdu de son côté bourgeois et est devenue un accessoire de mode en vogue. Loin d’ériger un rang social particulier, elle relève de la nouvelle tendance plutôt que du signe d’appartenance.

Revisité, adapté, ce bijou s’ouvre de plus en plus aux femmes et se décline dans un vaste panel de styles comme de matériaux.

Prudence cependant, c’est une pièce qui ne convient pas à tout le monde et surtout pas à tous les styles ! On évite par exemple la chevalière avec une tenue de travail classique tailleur pour madame, tandis qu’elle ira parfaitement avec le costume de monsieur.

Vous l’aurez compris, cette bague ne se marie pas à toutes les sauces ! Malgré une large démocratisation, elle reste emprunte d’un caractère marqué et particulier, elle est adoptée par celles et ceux qui souhaitent afficher un look affirmé, une personnalité confiante car pour la porter, il faut déjà pouvoir l’assumer !